Téléréalité entre vous et moi

Le velvet underground et Lou Reed

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le velvet underground et Lou Reed

Message par Nightshade le Sam 1 Mar - 16:23

Le velvet underground et Lou Reed

L'histoire du Velvet Underground commence à la fin de l'année 1964, quand Lou Reed, un jeune new-yorkais fou de Bob Dylan, rencontre John Cale, un Gallois disciple de La Monte Young. Ensemble, les deux jeunes hommes fondent un groupe, The Primitives, qui allait souvent changer de nom : The Warlocks, The Falling Spikes, puis, enfin, The Velvet Underground (du nom d'un ouvrage traitant de sado-masochisme que Reed tenait de Tony Conrad). À ce moment, les autres membres du groupe sont Sterling Morrison et Angus MacLise.

Le groupe enregistre sa première démo en juillet 1965. Quelques mois plus tard, en novembre, Reed, Cale et Morrison acceptent 75 dollars pour se produire sur la scène de la Summit High School. C'est 75 dollars de trop pour Angus MacLise, qui considère qu'accepter del'argent est de la compromission. Il quitte le groupe.

Maureen Tucker, la petite sœur d'un ami de Sterling Morrison, le remplace. Sur les consignes des autres membres du groupe, elle décide de jouer de manière « inhabituelle », c’est-à-dire debout et sans cymbales. Les bases du Velvet Underground sont posées, et le groupe commence alors à se faire connaître sur la scène de New York.

La même année, Paul Morrissey incite son associé Andy Warhol à prendre le groupe sous son aile. Désormais, Reed, Cale, Morrison et Tucker répètent à la Factory de Warhol. Mais selon leur nouveau manager, il leur manque quelque chose : un cinquième membre, capable de chanter et de retenir toute l'attention sur lui. Ce sera Nico, un mannequin allemand qui avait déjà fréquenté la Factory par le passé.

Le Velvet Underground profite de la notoriété de leur manager pour décrocher un contrat auprès de Verve Records, une filiale de MGM. Pendant plus d'un an, le groupe devient l'attraction centrale du Exploding. Plastic. Inevitable., un spectacle de Warhol qui mêle musique, projection de films et performance artistique sado-masochiste. Le groupe part alors sur les routes d'Amérique du Nord, routes sur lesquelles Angus MacLise rejoint à quelques occasions (et, malgré lui, pour la dernière fois) ses anciens compagnons.

À la même époque, en 1966, le groupe enregistre son premier album. Andy Warhol ayant obtenu (contre l'avis de Reed) que trois des onze chansons soient chantées par Nico, le disque s'appelle fort à propos The Velvet Underground and Nico. La pochette est une œuvre originale de Warhol qui allait devenir culte. Elle est composée d'une banane autocollante à côté de laquelle est écrit « Peel Slowly and See » (« Pèle lentement et regarde »). Sous l'autocollant, on découvre une banane rose, d'apparence phallique. Une rumeur infondée va même jusqu'à affirmer que la colle de l'auto-collant serait mélangée à du LSD.

L'album à la banane sort en mars 1967. Contrairement à ce qui est souvent affirmé, les ventes de l'album sont dans un premier temps plutôt bonnes. Mais le disque est rapidement retiré de la circulation en raison d'un différend juridique minime entre la maison de disque et un collaborateur de Warhol. Quand le disque est finalement de retour dans les bacs, le public l'a oublié, et les ventes ne suivent pas.

On attribue souvent cette phrase à Brian Eno : « Il n'y a peut être que 1000 personnes qui ont acheté le premier album du Velvet Underground, mais chacune d'entre elles a ensuite fondé un groupe. »

La chanson Venus in Furs de cet album est inspirée du roman du même nom de Leopold von Sacher-Masoch.

Par la suite, le Velvet durcit le ton. Alors que le premier album explorait le territoire d'une musique malsaine, vénéneuse, mais clairement pop, en concert, le groupe joue fort (il est même sponsorisé par les amplis Vox) et se lance dans des expérimentations parfois très ardues. Le deuxième album est à l'image de leurs performances live : brut de décoffrage, rêche, difficile, et volontairement « antibeauté » comme dira John Cale.

Même si le disque est encore une fois produit par Tom Wilson, le groupe s'est alors éloigné de Warhol et de sa muse Nico. Le Velvet est désormais indépendant (il s'est attaché les services du manager Steve Sesnick), mais continue de traîner un temps avec les habitués de la Factory.

L'album sort en janvier 1968, et à nouveau ne se vend pas très bien. Si, encore une fois, il rentre dans le Billboard 200, ce n'est que de justesse : il décroche seulement la 199e place. Dans ce contexte difficile, les tensions entre Reed et Cale (deux personnalités au caractère notoirement difficile) s'accentuent. Le groupe continue un temps de répéter avec Cale, puis finit par se passer de ses services. Lou Reed, plus soucieux de reconnaissance commerciale que d'expérimentations extrêmes, engage pour le remplacer un jeune musicien multi-instrumentistes et de culture très « pop », Doug Yule.

The Velvet Underground

Fort de cette nouvelle cohérence, Lou Reed, désormais seul maître à bord, décide de repartir de zéro. Le titre du troisième album (qui sort en mars 1969) est à ce sujet éloquent : The Velvet Underground, tout simplement. Le plus loureedien des albums du Velvet laisse la part belle aux balades folk, très loin (à quelques exceptions près) des excentricités des deux premiers disques. Mais si le premier album est sans doute le plus connu, et qu'on dit souvent que le deuxième a indirectement accouché du punk, il ne faut pas pour autant sous-estimer l'influence de ce troisième opus : on retrouve son héritage chez beaucoup de groupes pop-rock et lo-fi.

En 1969, le Velvet Underground écume les routes d'Amérique du Nord, cherchant ailleurs le succès qu'il ne trouve pas à New York. Lors de plus de 70 concerts, ils se créent une base solide de fans, qui enregistrent régulièrement le groupe grâce à de simples magnétophones. Les bandes ressurgiront des années plus tard en bootlegs, voire sur des disques officiels (1969: The Velvet Underground Live et The Quine Tapes). Mais pendant ce temps, le groupe perd contact avec sa maison de disques, qui, soucieuse de se faire une image de marque irréprochable, en profite pour se débarrasser d'eux.

Le label garde dans ses cartons de nombreux enregistrements qui auraient dû donner naissance à un nouveau disque. Certaines chansons referont surface pour Loaded, le quatrième album studio du groupe, ou encore sur certains des huit premiers albums solos de Lou Reed. Finalement, Verve Records sortira les chansons au milieu des années 1980 sur les compilations VU (qui contient les meilleurs des morceaux inédits) et Another View (les morceaux jugés moins bons et les chutes).

Suite ICI

________________________________________________________________________________________________________________


Nightshade
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 15133
Age : 59
Localisation : Cité Ardente
Humeur : Couleur du temps
Date d'inscription : 07/11/2007

http://entrevousetmoi.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le velvet underground et Lou Reed

Message par Nightshade le Sam 1 Mar - 16:25

Le destin des membres du groupe

* Lou Reed, qui porte l'héritage majeur du groupe, a poursuivi une carrière solo jusqu'à aujourd'hui, avec des chansons comme Walk on the Wild Side ou Perfect Day. Quasi-inconnu avec le Velvet Underground, il sera considéré en 1973 par un référendum du New Musical Express comme « le chanteur favori des kids ».

* John Cale a d'abord continué sa carrière au sein d'un groupe, puis en solo. Peut-être moins connus que ceux de Lou Reed, ses nombreux albums ont toutefois reçu, pour beaucoup, un beau succès critique. Il a également composé des musiques de film et a produit des artistes très divers tels Nico, les Stooges, Patti Smith, The Modern Lovers ou encore Alan Stivell.
* Nico a continué d'exercer ses divers talents de chanteuse et actrice. Elle est décédée à 49 ans, en 1988, des suites d'un accident de vélo à Ibiza, selon certaines sources celle-ci serait décédée des suites d'insolation (Le rock de A à Z Albin Michel paru en 2000). Elle a eu un enfant, prénommé Ari, avec l'acteur français Alain Delon qui a toujours refusé de le reconnaître.
* Sterling Morrison a enseigné la littérature médiévale à l'université du Texas, à Austin, avant de devenir capitaine de remorqueur. Il décède en 1995, des suites d'un cancer, à 53 ans.
* Maureen Tucker, après avoir élevé ses enfants, s'est remise à la musique dans les années 1980, souvent accompagnée par ses anciens compagnons du Velvet.
* Doug Yule a dirigé le groupe de 1970 à 1973, après le départ de Lou Reed puis des autres membres fondateurs. Il a ensuite joué pour Lou Reed sur l'album Sally Can't Dance, et rejoint le groupe American Flyer. En 1977, il devient ébéniste, ne remontant sur scène qu'à partir de l'an 2000 pour quelques séries de concerts en solo. Alors qu'il était membre du Velvet Underground dès 1968, Doug Yule n'a pourtant pas été invité aux concerts de reformation de 1992, ni à la cérémonie d'intronisation du groupe au Rock'n'Roll Hall of Fame.

L'héritage

La carrière discographique du Velvet Underground n'a duré qu'environ trois ans, entre 1967 et 1970. À cette époque le groupe n'a eu quasiment aucun succès, ne vendant pas plus de quelques milliers d'exemplaires de chacun de ses albums. Il est pourtant devenu au fil du temps l'objet d'un véritable culte, qui dure jusqu'à aujourd'hui.

En effet, le Velvet Underground est régulièrement présenté comme ayant été à la base du punk et du rock underground, voire comme ayant été le premier véritable groupe punk. À l'écoute des albums du groupe, cette affirmation peut paraitre douteuse. Quasiment aucune de ses compositions ne ressemble à du punk au sens actuel du terme : la discographie complète du groupe ne compte qu'une poignée de morceaux rapides et énervés, et l'usage de la saturation se limite le plus souvent à d'étranges expérimentations sonores qui ont bien plus en commun avec le rock progressif comme peut le pratiquer King Crimson qu'avec les Sex Pistols ou les Clash, ou même des groupes protopunks comme le MC5 ou les Stooges.

Il est nécessaire de dissiper cette confusion pour apprécier pleinement le groupe : l'auditeur qui s'attend à du rock énervé et politiquement subversif sera forcément déçu. La spécificité du groupe, et la raison de son influence sur de nombreux artistes, est bien plus à chercher dans sa manière de trouver la beauté là où elle ne semble pas devoir se cacher : dans un rythme rudimentaire et répétitif comme celui de I'm Waiting For The Man, qui devrait théoriquement être la chanson la plus ennuyeuse de tous les temps, mais se révèle bizarrement fascinante, dans la voix de Nico, rigoureusement incapable de chanter de manière classique, mais qui peut émouvoir aux larmes, dans les violons étranges et saturés de John Cale (note: John Cale joue de l'alto, une sorte de violon mais plus grâve), et bien sûr dans les thèmes des chansons : drogues, pratiques sexuelles « déviantes »… Si l'on ajoute que les mélodies sont parfois vraiment superbes, on comprend que le groupe a bien plus à voir, musicalement parlant, avec les Doors, les Beatles (dans leur manière de mêler beauté et expérimentation) ou Bob Dylan (l'une des idoles et principales influences de Lou Reed) qu'avec le punk.

L'influence du Velvet Underground sur le mouvement punk, et à travers lui sur quasiment tout le rock moderne, vient en fait davantage de l'attitude des membres du Velvet que de leur musique en elle-même. En continuant contre vents et marées à tenter d'imposer un son radicalement opposé aux préférences de l'époque, en vivant jusqu'au bout leur rêve rock and roll de liberté artistique, mais aussi en puisant leur influence dans le chaos et les côtés sombres de l'être humain, Lou Reed et sa bande ont eu une influence déterminante sur de nombreux artistes protopunks comme Iggy Pop, et indirectement sur le mouvement punk dans son ensemble.

________________________________________________________________________________________________________________


Nightshade
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 15133
Age : 59
Localisation : Cité Ardente
Humeur : Couleur du temps
Date d'inscription : 07/11/2007

http://entrevousetmoi.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le velvet underground et Lou Reed

Message par Nightshade le Sam 1 Mar - 16:26

Quelques vidéos des titres les plus connus de Lou Reed :

"Take a walk on the wild side" New York 1983 en live


________________________________________________________________________________________________________________


Nightshade
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 15133
Age : 59
Localisation : Cité Ardente
Humeur : Couleur du temps
Date d'inscription : 07/11/2007

http://entrevousetmoi.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le velvet underground et Lou Reed

Message par Nightshade le Sam 1 Mar - 16:36

Satelite of love sur une chaîne française en avril 2007... me souviens de cette date, je savais qu'il passait à la télé mais je n'avais pas la chaîne




________________________________________________________________________________________________________________


Nightshade
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 15133
Age : 59
Localisation : Cité Ardente
Humeur : Couleur du temps
Date d'inscription : 07/11/2007

http://entrevousetmoi.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le velvet underground et Lou Reed

Message par Nightshade le Sam 1 Mar - 16:41

Perfect Day :

vidéo réalisée par la BBC et interprêtée par de très grandsartistes... superbe


________________________________________________________________________________________________________________


Nightshade
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 15133
Age : 59
Localisation : Cité Ardente
Humeur : Couleur du temps
Date d'inscription : 07/11/2007

http://entrevousetmoi.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le velvet underground et Lou Reed

Message par Nightshade le Sam 1 Mar - 16:44

Une de mes préférée... j'adooooore, "Coney Island Baby" elle me fait planer cette chanson zen


________________________________________________________________________________________________________________


Nightshade
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 15133
Age : 59
Localisation : Cité Ardente
Humeur : Couleur du temps
Date d'inscription : 07/11/2007

http://entrevousetmoi.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le velvet underground et Lou Reed

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 12:34


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum