Téléréalité entre vous et moi

Nouvelle Star 6 : Cinquième prime : élimination de Kristov Par Kevin Moulback

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Nouvelle Star 6 : Cinquième prime : élimination de Kristov Par Kevin Moulback

Message par Nightshade le Jeu 1 Mai - 11:48

Cinquième prime : élimination de Kristov

Par Kevin Moulback

Ce soir, le prime est acoustique. Acoustique... Le mot évoque des accompagnements discrets, des arrangements subtiles, des atmosphères intimistes. On pense, par exemple, à Nirvana débranchant les guitares pour interpréter "The Man Who Sold the World" unplugged, sans électricité et sans artifice. Oui, mais non. Apparemment, le mot "acoustique" a un sens un peu différent à la Nouvelle Star. On laisse tout branché, on étale des tapis un peu partout, on allume quelques bougies. Et voilà ! Ambiance acoustique.


Pour être en accord avec cet esprit de sobriété, Lio a adopté une tenue particulièrement seyante : un bustier beige largement ouvert sur un soutien-gorge rouge. C'est vraiment de très bon goût. C'est du moins ce qu'on dit à Pigalle, où ce style vestimentaire est très prisé. Mais ce n'est pas très charitable de se moquer de Lio. Rendons plutôt hommage à son optimisme. En effet, pour croire qu'elle parviendra, avec sa panoplie d'entraîneuse, à détourner l'attention des attraits naturels et pigeonnants de Virginie Efira, il faut une sacrée dose d'optisme.

C'est Jules (piaillements hystériques dans l'auditoire) qui ouvre le spectacle avec "Calling You", le thème du film "Bagdad Café" devenu un classique des émissions de télé-réalité musicale. Pour une fois, Jules s'essaie à la simplicité et il se débrouille assez bien sur les couplets, en particulier le dernier, durant lequel il gagne en assurance et s'éloigne des sentiers battus. En revanche, sur les refrains... Certes, les gros plans répétés sur sa gorge nous permettent de vérifier qu'il a une denture régulière et des amygdales saines. On est bien content pour lui. En revanche, côté son, ses attaques évoquent davantage le miaulement d'un chat en chaleur qu'une complainte désespérée, et ce malgré les secours de la technique. Soit dit en passant, si la production de l'émission a pu appliquer de tels effets à la voix de Jules sans électricité, il y a de vrais magiciens dans les coulisses. Malgré cette petite imposture, le jury est enthousiaste et exprime ses louanges avec sa mesure habituelle. C'est "parfait" pour Lio, "une prouesse technique" pour André Manoukian, "un petit miracle" pour Philippe Manœuvre. Le rédacteur en chef de Rock & Folk, qui a vraiment le mot pour rire, croit même bon de rappeler combien l'émission de ce soir est périlleuse : "On est en acoustique. Il y a pas le secours de l'amplification". Mais oui, c'est ça...

C'est ensuite au tour de Lucile de monter sur scène pour interpréter "J'traîne des pieds" d'Olivia Ruiz. Elle fait de son mieux pour ne pas coller de trop près à l'original, ce qu'André Manoukian lui reprochera néanmoins. Les autres juges sont plus cléments : Philippe Manœuvre trouve que Lucile "a très bien chanté une affreuse chanson" et Lio pense qu'elle a "plus de personnalité qu'Olivia Ruiz". La critique est toujours bien plus belle quand elle est gratuite. Je crois pourtant me rappeler qu'à l'époque de la Starac 1, Lio ne tarissait pas d'éloges sur Olivia, qui n'était pourtant pas encore la femme chocolat. Bizarrement, Lio semble avoir complètement oublié cette époque...

On entre dans le vif du sujet avec Benjamin (nouveaux piaillements hystériques dans l'assistance), qui explore de nouveaux territoires avec "A Song for You", un classique de Donny Hathaway qui a été repris par les plus grands : Aretha Franklin, Ray Charles, Elton John, Whitney Houston... Eh bien, figurez-vous que Benjamin fait complètement oublier toutes les versions antérieures ! ... Non, ce n'est pas vrai bien sûr, même si c'est un peu ce que le jury laisse entendre avec ses louanges dithyrambiques. Benjamin n'a pas la voix qu'il faut pour briller sur un tel morceau, sans même parler d'éclipser ses illustres prédécesseurs. Néanmoins, il a conscience de ses limites et il utilise les capacités vocales dont il dispose avec astuce. Le résultat ne justifie pas ce long temps d'attente à l'issue de la chanson (attente nécessaire à l'édification des foules sans doute) mais il est loin d'être ridicule. De toute façon, on peut savoir gré à Benjamin d'avoir choisi ce titre-là. Si le répertoire de la Nouvelle Star est souvent très convenu, cette chanson, pour le coup, n'y a jamais été entendue, et évidemment pas sur le plateau de Nikos non plus.

Après cet "Anapurna" de la soul, on change résolument de style. Kristov a en effet décidé de montrer son côté déconneur, trop méconnu à son goût. Il a donc choisi une chanson sans "implication émotionnelle lourde", en l'occurrence "Confidence pour confidence" de Jean Schultheis. Il a aussi abandonné ses lunettes. Évidemment, ça change tout ! Il commence sa prestation assis nonchalamment dans un fauteuil en cuir (qui est apparemment le troisième accessoire nécessaire, après les tapis et les bougies, pour une soirée acoustique réussie). Il l'achève allongé sur le sol après une sorte de crise d'épilepsie. Entre les deux, il offre son corps au public tout en poussant des halètements qui pourraient servir de fond sonore à un film pornographique. Le jury s'esclaffe mais ne goûte pas l'intention comique du numéro. On n'est pas là pour rigoler. La Nouvelle Star est une émission sérieuse (ou en tout cas qui se prend au sérieux).

C'est ensuite autour de Cédric, qui se retrouve à nouveau dans le rôle du rockeur habité sur "Éteins la lumière" d'Axel Bauer. L'effort est louable mais on n'y croit toujours pas. Il manque à Cédric un peu de souffle, un peu de puissance pour être vraiment convaincant. Malgré sa nouvelle coupe de cheveux déstructurée, il reste le marin BCBG des castings. Par ailleurs, le contre-emploi rock commence à devenir lassant à force de répétitions. En tout cas, une chose est sûre : durant sa chanson, les guitares m'ont paru tout à fait branchées.

Ycare, qui succède à Cédric sur scène, a été gratifié du dernier titre de Raphaël, "Le vent de l'hiver". Tout au long de la chanson, il fait ce qu'il peut pour éviter l'ennui qui menace mais sans vraiment réussir. Pour des raisons obscures, il achève sa prestation en tournoyant longuement sur lui-même. Comme il ne se transforme pas en Wonder Woman à la fin, tout le monde est naturellement très déçu. Au total, son numéro présente assez peu d'intérêt, tout comme les précédents. Jamais avare d'un compliment, Lio crédite néanmoins Ycare d'avoir "donné de l'épaisseur à une chanson qui en manquait beaucoup." Cela semble être le fil rouge des avis du jury ce soir : comment louer le chanteur tout en taclant méchamment l'auteur.

Si Ycare semble promis à une élimination prochaine, Thomas, lui, est là pour rester. Il se distingue à nouveau sur "Come Undone" de Robbie Williams, même si on l'a un peu aidé sur les refrains avec quelques effets qui n'avaient rien d'acoustique. Une fois de plus, il a l'air très à l'aise dans son jeu de scène et réussit parfaitement à s'approprier une chanson pourtant complexe. Depuis le début de la saison, il est parvenu à enchaîner, sans esbrouffe, des performances très convaincantes.

C'est Amandine, la merveille de Tournefeuille, qui clôt la soirée. Elle interprète "Against All Odds" de Phil Collins, une chanson pop toute simple. Mais la véritable simplicité est assez mal vue à la Nouvelle Star : à quoi ça sert d'être simple si ça ne se voit pas ? Amandine affecte donc au début une étrange voix plaintive et nasillarde, sans doute pour mieux préparer sa montée en puissance ultérieure. Comme à son habitude, elle termine avec quelques hurlements bien démonstratifs. Est-ce que toutes ses prestations doivent vraiment s'achever avec une transe digne de Joe Cocker ? Le jury est naturellement ébahi devant tant de talent mirobolant. Lio a d'ailleurs la bouche ouverte tout au long de la chanson. Au moment de rendre son verdict, la gorge serrée d'émotion, elle ne peut que lâcher dans un souffle : "C'était vraiment beau" (elle réserve probablement ses larmes pour la semaine prochaine). Ses collègues ne sont pas en reste pour louer la performance époustouflante d'Amandine. Pour André Manoukian, elle a réussi à magnifier "une chanson un peu fade". Pour Philippe Manœuvre, "quand on veut incarner la Nouvelle Star, il faut être capable de chanter n'importe quoi et c'est ce qu'elle a fait ce soir." Phil Collins, c'est donc n'importe quoi. Moi qui pensais que lorsqu'on atteignait de tels sommets d'arrogance et de condescendance, on était frappé par la foudre...

La soirée s'achève mollement avec l'élimination de Kristov, qui était en sursis depuis son sauvetage par le jury il y a trois semaines. Ses derniers mots, avant de retourner à l'anonymat à jamais, seront : "J'ai envie de faire caca, là." Je vous laisse méditer cet aphorisme comme il convient.

Source : yahoo

________________________________________________________________________________________________________________

avatar
Nightshade
Admin
Admin

Féminin
Nombre de messages : 15133
Age : 60
Localisation : Cité Ardente
Humeur : Couleur du temps
Date d'inscription : 07/11/2007

http://entrevousetmoi.forumpro.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum