Téléréalité entre vous et moi

Yvane, un rebelle très professionnel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Yvane, un rebelle très professionnel

Message par chouchou13 le Ven 17 Oct - 20:36

Yvane, un rebelle très professionnel

«J’TE COUPE. » On n’a pas fini de poser la première question, dans la cour de l’Academy de la rue Charlot. En vrai comme à la télé, Yvane préfère les réponses aux questions et parle comme s’il accélérait sur la file de gauche de l’autoroute : « T’es capable de noter vite ? » Malgré le débit, le chanteur n’oublie rien et lance des dates à la mitraille comme sur un CV.

Fou, il enchaîne les initiales, noms de ses différents groupes, morceaux, styles. Impossible à arrêter. Ni à supporter, selon Armande Altaï, la directrice, qui l’a nominé d’office la semaine dernière parce qu’il avait changé les paroles de MC Solaar. Insoumis, refusant de voter lors du premier prime : « Ils appellent ça sauver un candidat, mais c’est comme avoir une bouée pour deux noyés, tu dis à l’autre de dégager. J’ai trouvé ça sale. Je voulais convaincre les autres de me suivre, mais, comme ils s’en foutent, je n’allais pas me griller. »

Il a fait ses valises pour démissionner, les a défaites. Il joue le jeu et ses outrances. Un faux départ, une vraie histoire. Son paternel l’a initié à la musique sans le savoir, sans même le voir. « J’ai commencé avec sa guitare, le seul héritage qu’il m’ait laissé. J’avais 5 ans quand il est mort, enfin j’en sais rien. Mon unique souvenir de lui, c’est d’avoir passé une semaine ensemble quand j’avais 4 ans. Il était musicien, prestidigitateur, ventriloque, il faisait tout… » Légendaire mais absent. Yvane s’en va, lui, à Montpellier, après un bac scientifique passé par correspondance parce qu’il a « été viré de tous les établissements de Martinique ».

Depuis, le reggae man, qui a sauvé sa tête sur une chanson de Bruel vendredi dernier, tambourine à la porte des maisons de disques. S’il gagnait le télé-crochet, le chanteur de dancehall signerait à 30 ans (il les aura le 25 octobre) son troisième contrat, avec Mercury. La première fois, c’était le 14 février 2000, avec Sony Music : « J’ai reçu mon avance, 15 000 francs à se partager à deux, j’ai appelé ma maman pour lui dire que ce serait la belle vie. Les gens de Sony m’avaient montré l’affiche de Ménélik en me disant que les prochains, ce serait nous, mon pote et moi, on s’appelait Black Posse. Un an après, on a rompu notre contrat. Ils voulaient nous faire chanter de la techno ragga. »

Déjà signé sous le nom d’Irie Kane

La deuxième fois, à la rentrée 2006, avec le label Bonsaï Music distribué par EMI, il signe sous le nom d’Irie Kane, avec sa photo sur la pochette. L’album, intitulé « le Prochain sur la liste », toujours disponible, se vend à peine. Lui avoue « un coup de blues. J’avais 28 ans et je me disais que, s’il devait se passer quelque chose, ce serait déjà arrivé. »

L’aîné de la « Star Ac » 8 devient veilleur de nuit pour une association d’aide aux handicapés mentaux, les Amis de l’atelier, à Paris. Un CDI et des horaires fixes, 21 h 30-8 h 30 : « C’est dur physiquement mais je le kiffe, ce boulot, je m’occupe des résidants , comme on les appelle, des handicapés plus passionnants que bien des gens normaux. J’ai posé trois mois de congé sans solde pour faire la Star Ac . » La tentative de la dernière chance ? Pas nominé ce soir, il continuera, quoi qu’il arrive, à « balancer des sons sur MySpace. J’arrive à remplir mon frigo, à payer mon loyer. La vie est belle. » Sans solde, mais pas sans panache.

http://www.leparisien.fr/abo-loisirs-et-sp...2008-279158.php
avatar
chouchou13
Modérateur
Modérateur

Féminin
Nombre de messages : 3087
Age : 61
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 30/03/2008

http://entre-amis.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum